Actualités

Successions de faillite dans l’énergie en Belgique. Notre CEO revient sur cette crise.

ITW

13/01/2022 Stratégie d'achats

Successions de faillite dans l’énergie en Belgique. Notre CEO revient sur cette crise.

Ces derniers mois, la flambée des prix de l’énergie est au cœur de l’actualité. Plus récemment, la presse a annoncé la faillite de plusieurs fournisseurs d’énergie en Belgique et l’arrêt de certain type de contrats de fourniture chez d’autres.

Dans ce contexte compliqué, vous vous posez peut-être des questions quant à la situation de CORETEC Energy et à la continuité de l’accompagnement que nous vous offrons.

Dans un entretien réalisé ce 12/01/2022 et disponible ci-dessous, Pierre-Yves DOZO, directeur Invoicing chez CORETEC Energy répond aux questions que vous vous posez.

A quoi ces faillites sont-elles dues?

« Les fournisseurs d’énergie gèrent une activité aux flux de cash énormes et aux marges petites. Je dirais qu’il y a deux cas principaux où une faillite peut arriver :

 

  1. Une mauvaise couverture ce qui impliquerait que les fournisseurs proposent des contrats à prix fixe et achètent du prix variable. Tant que les prix variables ne dépassent pas le niveau des prix fixes, cette spéculation s’avèrera gagnante mais cette stratégie est potentiellement mortelle avec le niveau de prix actuels. Il s’agit donc dans ce cas d’une gestion spéculative, bien loin de la gestion en bon père de famille que pratique CORETEC Energy par exemple.
  2. Aussi,  les fournisseurs sont à risque sur les clients facturés sur base d’acomptes mensuels (YMR)  et en contrat à prix variable, en effet,  les fournisseurs se basent sur un prix « a priori » afin d’établir le montant de l’acompte. Quand ce prix fluctue très fort – ce qui est le cas actuellement – ils se retrouvent à devoir acheter du gaz à prix plus élevé que prévu et, sauf à revoir le montant des acomptes, à ne le récupérer que lors des factures de régularisations et parfois un an après !

Ce décalage provoque une crise de liquidité que les fournisseurs les plus fragiles ne peuvent supporter. »

 

CORETEC Energy est-elle impactée par cette crise?

« L’ensemble des acteurs est impacté par cette crise ! Mais nous avons anticipé et je peux rassurer tout le monde. Nos comptes et notre organisation financières sont solides et nous travaillons sur un programme rapproché d’adaptations des acomptes. Nous avons dû nous adapter et nous l’avons fait.

Cela dit, il est évident que le monde politique doit absolument comprendre que cette crise ne peut pas durer ! Nous sommes conscients que nos clients risquent d’avoir plus de mal à assurer le paiement de leurs factures et nous serons à leur écoute. »

 

Y a-t-il un risque de faillite pour CORETEC Energy?

« Pour les raisons mentionnées précédemment, ma réponse est clairement : Non. Il n’y pas de risque à notre niveau.

Mais encore une fois, il faut bien comprendre que les prix actuels sont intenables et qu’une solution politique à l’approvisionnement du gaz en Europe est obligatoire à court terme sans quoi les dégâts pour l’économie en générale seront énormes. »

 

Comme Total a racheté récemment Lampiris, allez-vous également suivre cette voie ?

« Nous n’avons pas prévu de racheter Lampiris, non 😊.

Plus sérieusement, l’intérêt de se faire acheter est de prendre part à une organisation plus solide. C’est déjà notre cas puisque Blue Pearl, notre maison mère, est soutenue par le fond DWS qui gère 720 milliards d’actifs en Europe. CORETEC Energy est donc en de bonnes mains pour les années futures. » 

 

Pouvez-vous donner des garanties par rapport à l’approvisionnement en énergie des clients CORETEC Energy?

« Tout à fait, à tel point que malgré les tensions énormes sur les marchés, CORETEC Energy vient de sécuriser pour plusieurs années ses approvisionnements en contractant un nouveau contrat avec une filiale du géant russe Gazprom.

Nous sommes évidemment très heureux d’avoir pu prolonger ce contrat et ceci garantira à nos clients un approvisionnement certain et à prix compétitif pour les années à venir. »